Rechercher dans ce blog

samedi 1 janvier 2011

Séquence poésie, Problématique et ouverture communes, le pouvoir de l'écriture poétique chez Baudelaire, Ronsard et Apollinaire

Séquence poésie, Problématique et ouverture communes, le pouvoir de l'écriture poétique chez Baudelaire, Ronsard et Apollinaire :


Problématique commune :

Le pouvoir de l'écriture poétique

Ouverture commune :

Pouvoir cathartique et libérateur de l'écriture poétique, libérer les maux par les mots

Pierre de Ronsard : "quand vous serez bien vieille au soir à la chandelle"
1524 - 1585


Ouverture possible
Invitation à vivre l'instant présent pour conjurer la mort, le temps qui passe. L'écriture poétique a une fonction particulière, un effet cathartique qui consiste à libérer des maux par les mots, combattre l'angoisse, conférer l'immortalité et détruire les effets de la mort.

Dossier complet : étude, problématique, questions, ouverture
http://docremuneres.forumparfait.com/pierre-de-ronsard-sonnets-pour-helene-vt1521.html

LXXVIII - Spleen, Charles Baudelaire, les Fleurs du Mal

Ouverture possible :
Le double postulat d'un être déchiré entre Spleen et Idéal domine. Cette dualité est le lieu de tout le drame Baudelairien.
Le Spleen connote le temps qui passe : Le temps étudie le malaise : Point commun avec les autres poèmes "Spleen" : "J'ai plus de souvenirs que si j'avais 1000 ans." : Traduction du malaise existentiel Baudelairien.

Dossier complet : étude, problématique, questions, ouverture
http://docremuneres.forumparfait.com/baudelaire-spleen-les-fleurs-du-mal-vt1755.html

Les colchiques, Apollinaire. Vers une modernité poétique, "les colchiques", Alcool

Ouverture possible :

L'écriture poétique : son pouvoir créateur. L'écriture de la modernité. Partager sa mélancolie, c'est la maîtriser. On peut mettre en avant l'effet libérateur de l'écriture poétique. Effet cathartique : libérer les maux par les mots.

Dossier complet : étude, problématique, questions, ouverture
http://docremuneres.forumparfait.com/les-colchiques-apollinaire-vt2131.html


Aucun commentaire:

Publier un commentaire