Rechercher dans ce blog

dimanche 15 janvier 2012

Montaigne, de l'institution des enfants, I, 26. Une démarche argumentative, une vision nouvelle de l'éducation. Etude et oral préparé

Montaigne, les Essais

L'institution des enfants, I, 26 : seconde partie de l'entretien

*** Oral préparé de 28 questions avec réponses en commentaire


LE TEXTE :

Dans ce chapitre,  dédié à Mme Diane de Foix, comtesse de Gurson, qui attend un enfant, Montaigne  propose des directives pour l’éducation d’un jeune noble.


A un enfant de  maison qui recherche les lettres, non pour le gain (car une fin si abjecte est  indigne de la grâce et faveur des Muses, et puis elle regarde et dépend  d’autrui), ni tant pour les commodités externes que pour les siennes propres, et  pour s’en enrichir et parer au-dedans, ayant plutôt envie d’en tirer un habile  homme qu’un homme savant, je voudrais aussi qu’on fût soigneux de lui choisir un  conducteur qui eût plutôt la tête bien faite que bien pleine, et qu’on y requît  tous les deux, mais plus les mœurs et l’entendement que la science ; et qu’il se  conduisît en sa charge d’une nouvelle manière.

On ne cesse de criailler  à nos oreilles, comme qui verserait dans un entonnoir, et notre charge ce n’est  que redire ce qu’on nous a dit. Je voudrais qu’il corrigeât cette partie, et  que, de belle arrivée, selon la portée de l’âme qu’il a en main, il commençât à  la mettre sur la montre, lui faisant goûter les choses, les choisir et discerner  d’elle-même ; quelquefois lui ouvrant chemin, quelquefois le lui laissant  ouvrir. Je ne veux pas qu’il invente et parle seul, je veux qu’il écoute son  disciple parler à son tour. Socrate et depuis Arcesilas faisaient premièrement  parler leurs disciples, et puis ils parlaient à eux. « Obest plerumque iis qui  discere volunt auctoritas eorum qui docent. »

Il est bon qu’il le fasse  trotter devant lui pour juger de son train, et juger jusques à quel point il se  doit ravaler pour s’accommoder à sa force. A faute de cette proportion, nous  gâtons tout ; et de la savoir choisir, et s’y conduire bien mesurément, c’est  l’une des plus ardues besognes que je sache ; et est l’effet d’une haute âme et  bien forte, savoir condescendre à ses allures puériles et les guider. Je marche  plus sûr et plus ferme à mont qu’à val.

Ceux qui, comme porte notre  usage, entreprennent d’une même leçon et pareille mesure de conduite régenter  plusieurs esprits de si diverses mesures et formes, ce n’est pas merveille si,  en tout un peuple d’enfants, ils en rencontrent à peine deux ou trois qui  rapportent quelque juste fruit de leur discipline.

Qu’il ne lui demande  pas seulement compte des mots de sa leçon, mais du sens et de la substance, et  qu’il juge du profit qu’il aura fait, non par le témoignage de sa mémoire, mais  de sa vie. Que ce qu’il viendra d’apprendre, il le lui fasse mettre en cent  visages et accommoder à autant de divers sujets, pour voir s’il l’a encore bien  pris et bien fait sien.

Michel de Montaigne, Essais, livre I, chapitre  26

Version modernisée.




Descriptif de l'entretien préparé à télécharger :
Présentation :


L'oral préparé se compose d'une série de 28 questions avec réponses dans le commentaire joint
, la première série se rapporte à Montaigne et l'humanisme  et la seconde au passage à présenter en fonction des axes du plan de l'analyse jointe ainsi que de la problématique d'étude .






Les questions de l'entretien préparé se présentent ainsi :

Plan de l'étude :

  • L'humanisme et Montaigne : 5 questions
  • Questions sur le passage à présenter :  23 questions
  • I. Une démarche argumentative : 13 questions
  • A. Par la présence de l’auteur : 6 questions
  • B. Par des tournures impératives : 2 questions
  • C. Une argumentation illustrée : 5 questions
  • II. Pour exposer sa vision nouvelle de l’éducation : 10 questions
  • A. Qualités d’un bon précepteur : 3 questions
  • B. Démarche pédagogique nouvelle : 3 questions
  • C. Une vision humaniste :
  • 4 questions

 




Aucun commentaire:

Publier un commentaire